Crèche

Cela a toujours été la chasse gardée de mes parents. C’était aussi l’occasion de la balade dominicale à laquelle nous renâclions le moins, malgré l’humidité et le froid qui commencent à gagner les combes des contreforts de la chaine des Puys à partir du début du mois d’octobre (oui, contrairement à Vialatte, j’admets qu’il existe une courte période transitoire en Auvergne entre l’hiver et le 15 août). Il fallait en effet aller chercher la précieuse mousse, qui allait servir de base pour le décor.

Continuer la lecture de « Crèche »

De l’utilisation de la technologie mobile

Il y a un truc très pénible quand on prend le train de façon régulière pendant des durées assez longues, c’est cette dépendance à la connexion que l’on peut développer dans une vie sédentaire. Lorsque l’on est au bureau ou chez soi, généralement Internet est à portée de main, utilisable en cas de besoin ou d’envie. Pendant les trajets, non, et l’on se rend vite compte à quel point la déportation de tout un tas d’outils dans ce que les commerciaux se plaisent à appeler « le cloud » (ce qui est partiellement une arnaque, généralement, ils ne font rien de plus que du stockage à distance…). Messagerie, outils de suivi, connexions (pour le professionnel), ou encore films ou jeux (qu’il s’agisse de modes en ligne ou de streaming), le transport nous coupe de tout cela et nous force à redonner des lettres de noblesse au mode « hors-ligne ».

Le seul souci, c’est qu’une fois reconnecté, il faut faire le fastidieux travail de recopie de ses actions en ligne. Et là, on procrastine souvent…

(Ah oui, je teste l’appli iOS pour WordPress, en fait… )

Deux petits messages

A ceux qui s’offusquent de la présence d’une fille devant un établi jouet dans un catalogue de jouets (que je ne citerai pas pour ne pas faire plus de pub à l’enseigne, qui n’attend que ça), je rappelle que l’éducation manuelle et technique, au même titre que la cuisine et la couture d’un bouton, devrait faire partie de la base de l’éducation de tous.

A ceux qui s’en gargarisent en traitant ça de « grande victoire », je rappelle ça:

Pub Lego, quelque part entre la fin des années 70 et le début des années 80

(et pour les amateurs de vieilles pubs Lego, passez sur cette page, garantie avec des pulls en jacquard et des intérieurs en Formica)

Si ça bouge, régule-le, si ça bouge encore, taxe-le

Dans les nouvelles grandes idées de notre gouvernement, la dernière en date risque de passer inaperçue au regard des grondements grand-schtroumpfesques liés à la contribution environnementale, mais fait déjà pousser de hauts cris dans le cercle (hélas restreint) des amateurs littéraires:

Le ministère de la Culture envisage de taxer la revente de livres d’occasion

Continuer la lecture de « Si ça bouge, régule-le, si ça bouge encore, taxe-le »

Mais tu n’as donc pas de coeur? C’est toujours mieux que pas avoir de cervelle!

Dans la grande liste des choses qui m’énervent passablement dans le monde de l’entreprise, il y a cette tendance à jouer sur les sentiments, sur le côté « on est tous des copains », voire « on est tous une grande famille ».

Continuer la lecture de « Mais tu n’as donc pas de coeur? C’est toujours mieux que pas avoir de cervelle! »