Considérations sur la raclette

C’est l’hiver, la saison où le corps crie son envie de reconstituer la pellicule de graisse protectrice contre le froid, et où l’homme se tourne vers les plats riches en calories et en lipides, principalement à base de pomme de terre et de fromage. La femme aussi, d’ailleurs, qui jette aux orties les conseils minceur de ses magazines qui expliquent comment être belle en maillot, puisque de toutes façons, il fait beaucoup trop froid pour se mettre en maillot de bain, et qui se dit qu’il sera bien temps de culpabiliser aux premiers beaux jours.

Suite à la (re)découverte de l’excellent billet de BD-blog de Guillaume Long sur le sujet (à déguster ici), et en particulier à ses dix commandements de la raclette, voici quelques suggestions personnelles sur le sujet:

  1. Les légumes sont vos amis (et même la salade). Parce que le fromage fondu va très bien par exemple avec des tomates, c’est toujours un bon plan d’en servir en plus des traditionnelles patates et charcuteries. Au delà de servir de caution diététique(tm), ils permettent d’alléger un peu l’assiette, et donc de manger plus de fromage (ce qui est quand même le but de la raclette, non?).
  2. Les fromages alternatifs, c’est bien (voir le deuxième commandement). Si la fourme suggérée me fait de l’oeil 1, le munster, le maroilles et le saint-nectaire sont testés et approuvés (enfin faites plutôt ça en extérieur, parce que ça vous flingue l’odeur d’une pièce pour au moins 15 jours)
  3. Plutôt qu’un blanc sec, une bière blonde. Je sais que je vais me faire taper par les intégristes du vin à table 2, mais je trouve qu’on se sent moins lourd (et l’on a définitivement moins mal à la tête) lorsqu’on accompagne sa raclette par une bière que par un vin blanc. Un truc simple: la Goudale, c’est devenu assez courant (merci la démocratisation des bières en supermarché), en bouteille de 75cl, et ça a un assez bon équilibre entre le goût et la légèreté.
  4. L’utilisation d’une desserte est vivement conseillée pour garder pas trop au chaud la charcuterie et les boissons. Parce que mine de rien, à côté d’un appareil à raclette (voire pire, entre deux appareils), c’est assez vite chaud, ce qui gâche et la charcuterie (qui suinte) et la boisson.

Sur ce, bon appétit à tous!

Notes:

  1. note for self, y penser à la prochaine préparation de raclette
  2. Et par ceux du vin avec la raclette

1 pensée sur “Considérations sur la raclette”

  1. Tu aurais dû mettre un message d’avertissement pour m’interdire de lire ce billet. Des fromages alternatifs ? De la bière ? Scandaaaaale ! 😉
    (Bon … j’ai faim)

Les commentaires sont fermés.