Not all men

J’ai déjà exprimé en ces pages certaines de mes réticences envers les positions féministes sur le patriarcat, la culture du viol et les « mâles hétéro cis blancs », en grande partie parce que je n’arrive quasiment jamais à m’identifier à ce portrait du mâle alpha prétentieux et imposant sa volonté aux autres qui sont naturellement inférieurs. J’ai longtemps pensé à des explications personnelles, à commencer par le fait que j’ai été très longtemps (très) petit et maigrichon, ce qui, couplé à mon an d’avance, ne risquait pas de me pousser à la dominance de quoi que ce fut. C’est seulement il y a quelques jours qu’au détour d’un lien croisé sur ma timeline Twitter 1 que j’ai compris la cause profonde de ce décalage: je n’existe pas.

Continuer la lecture de « Not all men »

Notes:

  1. et dont je remercie chaleureusement le refferer, dont j’ai hélas oublié de noter l’alias

Culture du viol et généralisations abusives

Voila un billet qui va peut-être pouvoir lancer la polémique et des hordes de trolls velus sur mon site 1 mais voila. Pour une énième fois, je me suis fait refiler un lien sur la « culture du viol », et pour la énième fois, si je suis d’accord avec les grandes lignes du concept (la question du consentement) et de la plupart des solutions proposées pour sortir des cas problématiques (la… wait for it… discussion), il y a quand même plusieurs point qui me foutent franchement mal à l’aise sur ce sujet.
Continuer la lecture de « Culture du viol et généralisations abusives »

Notes:

  1. Go ahead, punks, make my day!

Poster dans WordPress depuis Diaspora*

Petit rappel pour les gens qui me liront depuis WordPress

Diaspora*, c'est un réseau social libre et décentralisé. Un genre de Facebook dispersé un peu partout dans le monde et pas dirigé par Mark Zuckerberg et sa notion… particulière de la vie privée, quoi. Géré par "pods" (les serveurs d'hébergement), il bénéficie de tout un tas de fonctionnalités pratiques, comme la gestion des contacts par groupes (un peu comme les cercles de Google+, pour ceux qui ont essayé de tester), ou la possibilité de poster directement des articles dans WordPress (le système de blogs à la mode aujourd'hui), si le pod en question a ajouté le service (ce qui est le cas de mon pod à moi: framasphere.org )

Continuer la lecture de « Poster dans WordPress depuis Diaspora* »

Les petites phrases auxquelles Kate et William vont échapper

C’est officiel (et de là à dire que l’annonce a un lien avec les sondages sur l’indépendance écossaise, il n’y a qu’un pas que je m’empresse de ne pas franchir), le duc et la duchesse de Cambridge attendent (à nouveau) un heureux événement.
S’il est évident que la Royal Pregnancy Reloaded ne va pas aller sans certains inconvénients de la vie de tête couronnée (à commencer par l’installation de Stéphane Bern 1 sous les fenêtres de Buckingham et/ou de la maternité), voila un florilège de rélfexions que Leurs Altesses Royales n’auront pas à subir…

Continuer la lecture de « Les petites phrases auxquelles Kate et William vont échapper »

Notes:

  1. Le seul homme avec Jack Nicholson qui me fait flipper quand il sourit

La vie sans Internet (ou presque)

Pour les gens qui ne s’en doutaient pas, mon absence quasi-totale en ces lieux depuis le début du mois était causée par une période de vacances (en famille, au bord de la mer et, parce qu’il parait que c’était rare, principalement au soleil) sans Internet. Parce qu’en plus de ne pas avoir de WiFi dans la maison où nous étions (ce qui est somme toute assez compréhensible quand il s’agit d’une maison qui sert de location d’été), il n’y avait pas de 3G (même ce réseau de mauvaise qualité dont je me sers extensivement pendant mes trajets en train pour tromper l’ennui en pourrissant Twitter) ou presque (un vague coin du jardin, et encore, quand il ne pleuvait pas et qu’il n’y avait pas de tracteur à 500m alentours). Le tout sur la côte atlantique, et en vue du port de Saint-Nazaire.

Et vous savez quoi? Ben c’était vachement bien

Continuer la lecture de « La vie sans Internet (ou presque) »

Le train n’est pas un avion

Aujourd’hui, on m’a refilé le lien vers un (très long) billet d’un des co-fondateurs du site de vente de billets de train Captain Train traitant de la réforme de la SNCF, de la grève, tout ça, dans une optique un peu plus vaste que la vue franco-française qu’on peu tendance à avoir en France.

Ce monsieur, sur le principe qu’il dirige un site de vente de billets, considère qu’il a une expertise sur le sujet du transport ferroviaire que nous, vulgum pecus, n’avons pas… Et à mon avis, dans ses « propositions » sur la question 1 il rate un pan immense de la question du point de vue des usagers.

Continuer la lecture de « Le train n’est pas un avion »

Notes:

  1. c’est tout en bas du billet – mais vous pouvez lire le reste aussi

C’est l’histoire d’un mec…

C’est l’histoire d’un mec à qui l’on a refilé le lien d’un Tumblr militant, qui tente d’expliquer les blagues racistes et sexistes en proposant de remplacer l’arabe/le noir/la femme/le juif/la minorité opprimée par « un homme hétéro cis blanc » et en disant « si c’est moins drôle, c’est que c’est raciste/sexiste »

Continuer la lecture de « C’est l’histoire d’un mec… »

The good way to drink

“Drink because you are happy, but never because you are miserable. Never drink when you are wretched without it, or you will be like the grey-faced gin-drinker in the slum; but drink when you would be happy without it, and you will be like the laughing peasant of Italy. Never drink because you need it, for this is rational drinking, and the way to death and hell. But drink because you do not need it, for this is irrational drinking, and the ancient health of the world.”
GK Chesterton

Le Club des cinq se rebiffe

Billet en réaction à celui de Tout à l’Ego sur la nouvelle traduction du Club des Cinq (lui même en réaction à ce billet d’il y a trois ans qui la dézinguait dans les grandes largeurs)

Si je puis me permettre (et avec un énorme caveat qui est que je n’ai pas lu les Club des Cinq en version originale), je vois plusieurs points d’inégale importance et des procès d’intention des deux côtés.
(disclaimer 2: ceci est un avis de (très) gros lecteur. Forcément, je suis en plein dans la catégorie des gens qui critiquent cette nouvelle traduction)

Continuer la lecture de « Le Club des cinq se rebiffe »