L’affiche de la discorde

Et une polémique de plus sur un affichage public à vocation prophylactique, une!Résumons le truc: une affiche avec deux hommes visiblement très proches, une série de slogans, et au final un rappel qu’il est important d’avoir des relations sexuelles protégées pour prévenir des MST.

Pour être franc, je n’aime pas cette campagne, même si j’y vois plusieurs progrès notables.

Dans les points positifs donc:

  • l’image est nettement moins sexuellement explicite que dans la plupart des campagnes précédentes (et dans la plupart des campagnes de pubs tout court – coucou les leçons Aubade!). J’avais été particulièrement traumatisé par celle de la baise avec un scorpion 1
  • le message final est plus subtil qu’un simple « sortez couvert »

Dans les points négatifs (je sais que la cible du message, ce sont les hommes homosexuels, mais après tout, ce ne sont pas les seuls à voir la pub):

  • le fait que ce soit beaucoup trop explicitement destiné aux hommes homosexuels, qui en remet un peu une couche sur l’idée reçue que « les MST, c’est un truc de pédés » 2
  • le bandeau « Sexe entre hommes:… » qui fait un peu 3 retape pour un site de porno gay

Et pour finir, un point parfaitement subjectif: les slogans mettent sur un pied d’égalité « valorisant » des situations qui (pour moi) n’ont pas du tout la même valeur morale. Trouvez-moi vieux jeu et coincé, mais je n’arrive pas à adhérer au concept de « coup d’un soir ». Ceci est d’autant plus dommage qu’il aurait suffi d’un point d’interrogation pour « désamorcer » cette situation: « Pour la vie? / Pour un week-end? / Pour un soir? » pose la question à laquelle personne (au moins pour la première assertion) n’a de réponse 4.

Bref et afin d’essayer d’apporter une touche positive 5, j’ai essayé de me plier au jeu de l’affiche en tentant de garder la même cible, les mêmes codes, mais en évitant les écueils objectifs ou subjectifs que j’ai évoqué ci-dessus.

Bilan des courses:

whatif

Notes:

  1. notez-bien, c’est aussi efficace de couper totalement l’envie de faire quoi que ce soit…
  2. c’est pour la punchline – et oui, la tournure est au moins aussi homophobe que l’idée reçue
  3. beaucoup
  4. et le plus grand partisan de l’union monogame exclusive à fidélité éternelle ne pourra qu’acquiescer: l’amour pour la vie n’est jamais garanti
  5. parce que la critique est aisée

5 pensées sur “L’affiche de la discorde”

  1. J’aime assez bien ton affiche. Mais je crains qu’elle ne soit trop subtile pour les publicitaires du Ministère, qui veulent « être sûrs que tout le monde a tout bien compris ».

    1. Sinon, il y a la version alternative que je proposais dans le corps de l’article, avec les points d’interrogation 😉

      1. Je pense que la version alternative est peut-être plus claire, en effet. Mais du coup le texte prend plus de place et il faut l’écrire en plus petit, ce qui, d’un point de vue publicitaire, est peut-être moins efficace ? Je me pose la question, n’étant pas une pro de la pub ou du design.

  2. Ta version ne s’adresse pas spécialement aux homosexuels, qui étaient le public des affiches officielles (apparemment c’est une population en particulier qui a besoin de ces messages).
    Les publicités officielles ne poussent pas au coup d’un soir, elles constatent que ça arrive. C’est un fait. Tu peux le considérer comme regrettable, mais c’est un fait.
    D’autre part, quand on voit la représentation du corps des femmes dans tellement d’affiches pour lesquelles PERSONNE ne se pose la question de la protection des mômes (pourtant les mômes voient ces affiches, je vous laisse imaginer les dégâts dans l’image du corps féminin…) je me dis que les réactions actuelles sont d’une hypocrisie impressionnante.

    1. Justement, j’ai essayé de faire une version « inclusive » plutôt que de la pub segmentée.
      Sur la partie du coup d’un soir, c’est effectivement ma conviction personnelle, et je persiste à penser qu’il y a d’autres moyens de présenter le fait…
      Quant au dernier point, et pour connaître un peu, sinon les premiers « lanceurs d’alerte », du moins leur milieu, ils se battent également contre le « soft porn » de la pub (en mode « don Quichotte contre les moulins à vent », le plus souvent). En ce qui concerne les politiques qui récupèrent le truc, je suis d’accord avec toi, c’est franchement hypocrite.
      (J’ai vu passer ce matin un tweet de Tugdual Derville déplorant que la régie pub de chez lui ait remplacé l’affiche par… une pub Aubade, par exemple…)

Les commentaires sont fermés.