Une proposition 17 pas très catholique

La semaine dernière, La Manif Pour Tous a publié une liste de 40 propositions « pour la famille » qui ont fait couler pas mal d’encre numérique. Chacun pourra juger soi-même de la pertinence des 39 autres, mais pour ma part, j’ai voulu m’arrêter sur la proposition 17, qui me pose problème en tant que catholique.

Cette proposition est la suivante

Prop. 17: A la naissance de leur enfant, les couples non mariés doivent se voir proposer le mariage

Je passe très vite sur le timing déplorable de la proposition (du mariage, hein): je doute que ce soit au moment où elle essaie de se remettre de l’une des situations les plus éprouvantes de sa vie qu’une personne est en mesure de prendre un engagement décisif pour les X prochaines années. Et je ne parle pas du père : à cette période, c’est souvent tout juste s’il sait encore comment il s’appelle…

Le premier gros point qui me heurte, c’est le manque de compassion de la proposition, ou de « charité chrétienne », comme on avait l’habitude de dire. La société est-elle si omnisciente pour connaître la situation d’un couple, vint-il d’avoir un enfant? Quel signe cette incitation fait-elle à ces femmes qui décident de mener seules une grosses à terme? Quel respect y a-t-il des réticences (voire des phobies) que certains peuvent avoir vis-à-vis de l’institution du mariage 1? Pense-t-on les gens si immatures qu’ils n’aient pas pris le temps de la réflexion sur leur engagement à deux avant de se lancer ensemble dans celui d’élever un enfant? Je pourrais continuer encore longtemps, mais je préfère m’arrêter avant de manquer, à mon tour, de charité chrétienne.

Le second est plus subtil, et concerne la vision que l’Eglise Catholique a du mariage civil, et particulièrement de celui entre non-catholiques: il a une valeur sacramentelle 2. C’est à dire que si deux athées se marient (civilement, donc) avec la volonté de rester fidèles l’un à l’autre et d’accueillir les enfants qui viendraient de leur union, leur mariage a la même qualité que celui célébré à l’église entre deux catholique. Au point que s’ils se convertissent, ils n’ont pas besoin de se (re)marier à l’Eglise 3. Et le mariage catholique est un échange de consentements « libre et sans contrainte » (et de fait, un enfant l’est 4). En conséquence, venir présenter le mariage comme une « option recommandée » au moment d’une naissance est en contradiction avec ce que je peux croire du Mariage.

Ou alors, on arrête d’appeler ça « mariage » et on rebrande ça en « Contrat d’Union Parentale Protégeant l’Intérêt De l’Enfant » 5. Et pour être franc, je ne vois pas trop l’objection que l’on pourrait avoir à l’ouvrir aux formes les plus diverses de parentalité…

Notes:

  1. généralement fruits d’expériences ratées vécues soit directement, soit dans leur entourage
  2. et là, je me fais incendier par les experts en théologie du mariage et en droit canon parce que ce n’est pas le terme adéquat, mais tant pis
  3. pour ceux qui le voudraient, il y a des rituels de bénédiction d’union – avec renouvellement des voeux – (qui peuvent d’ailleurs être utilisées par des couples catholiques), mais ce n’est pas un mariage
  4. ce qui fait que oui, la plupart des mariages organisés à la va-vite pour cause de mariée enceinte sont nuls…
  5. oui, l’acronyme est voulu 😛

2 pensées sur “Une proposition 17 pas très catholique”

  1. Au couple non marié, qui vient d’avoir le premier enfant, est donné un livret de famille. Le mariage étant lié à la famille, il ne serait pas anormal de proposer le mariage à ce couple. Il ne s’agirait que de proposer. Je ne vois pas en quoi ça contredirait la liberté des personnes. Il n’y a absolument rien de « pas très catholique » dans cette proposition.

Les commentaires sont fermés.