Garbage – Strange Little Birds

Le groupe scoop-américain vient de sortir son 6ème album. Que vaut-il ? Lisez mon avis pas du tout objectif 1:

garbage-strange-little-birds-album-new

Commençons par un peu d’histoire pour les deux du fond qui ne connaissent pas le groupe mené par Shirley Manson 2. Le groupe démarre au milieu des années 90 avec un premier album sobrement intitulé Garbage, puis un deuxième nommé Version 2.0 (leur meilleur à ce jour de mon point de vue). Succès, apparition sur des bandes-son (Buffy), composition de la chanson du générique du Monde Ne Suffit Pas 3, et c’est le drame. Leur troisième album: Beautiful Garbage tente de prendre avec un succès très mitigé un virage plus électro, et surtout sort quelques jours après le 11/09/2001. Un événement qui plombera le groupe au point de les faire réfléchir à arrêter la musique.

Ce qu’ils ne font heureusement pas. Après une pause, leur quatrième album Bleed Like Me renoue avec le style musicale originel du groupe. Le groupe prend cependant beaucoup plus son temps et 7 ans séparent Bleed Like Me de l’album suivant Not Your Kind Of People, sorti en 2012, et quatre séparent celui-ci du dernier (avec, certes, une tournée mondiale pour fêter les 20 ans du premier album entre les deux).

Passons à l’album en lui-même et la première chose qui saute aux oreilles, c’est que c’est du Garbage pur jus. Ça saute même aux yeux puisque la pochette renoue avec le style graphique des deux premiers albums, avec un grand G et une texture plus ou moins vestimentaire (des plumes roses sur le premier album, de la doudoune orange pour le deuxième, et ici un genre de fourrure léopard). Du pur Garbage donc, c’est à dire des riffs d’intro qui vous hameçonnent dès les premières notes, des montées en puissance parfaitement dosées, des guitares déchirées et des nappes de clavier atmosphériques, l’inimitable voix de la chanteuse et des textes à ne pas lire un soir de déprime.

Détail rigolo: alors que je rédigeais le début de cet article, voila ce que tweetait le groupe:

C’est surtout un album étonnamment égal. D’habitude, dans un album de Grabage, il y a au moins une chanson que je suis prêt à écouter en boucle 4, et surtout une que j’ai rapidement tendance à zapper. Dans Strange Little Birds, je n’ai trouvé ni les unes, ni les autres. Avec le temps, il y aura certainement un titre qui ressortira, mais ça sera certainement moins un cri du coeur que pour Automatic Systematic Habit (de Not Your Kind…), Sex Is Not The Enemy (de Bleed Like Me) ou When I Grow Up (de Version 2.0).

Bref, si vous aimez Garbage, foncez, cet album est très bon. Si vous ne connaissez pas Grabage, c’est vraiment que vous n’avez jamais discuté ne serait-ce que 5 minutes musique avec moi, donc rattrapez-vous en regardant le clip du premier extrait de l’album: Empty

 

Notes:

  1. les gens qui me connaissent savent tout le bien que je pense de ce groupe
  2. aucun lien connu avec Charles ou Marylin
  3. la meilleure chose du film, à mon avis
  4. d’ailleurs, je le fais souvent.