Contraception et responsabilité

Ce billet est écrit suite au troll velu questionnement d’un twitto et la discussion qui s’en est suivie sur les questions de contraception, non pas d’un point de vue technique (comme il a été relevé: « Y des hommes qui causent contraception dans ma TL. Ils sont quatre et ils ont un avis très éclairé sur ce qui convient le mieux. » – ce qui n’était pas du tout notre point, et je conviens parfaitement que ce n’est généralement pas à moi de subir les désavantages de la solution choisie), mais du point de vue intentionnel.

Pourquoi utilise-t-on un moyen de contraception?

La réponse est à première vue évidente: « pour ne pas avoir d’enfant en cas de rapport sexuel » (même si déjà dans cette phrase, il y a un premier point d’achoppement lié à la question de la limite entre contraception et avortement[ref]quand commence la vie humaine? Vous avez 4 heures[/ref] et que dans cette optique, certains dispositifs vus comme contraceptifs par les uns seront considérés comme abortifs pour les autres).

Mais l’est-elle vraiment? Réfléchit-on assez au rapport avantage/risque de chacune des options de contraception (sans même parler de la question morale, il me semble pertinent de questionner la délivrance quasi-systématique d’un traitement hormonal à des gamines de 15 ans)? Y réfléchit-on, d’abord pour soi, puis en couple? Ou bien considère-t-on que la question n’a pas lieu de se poser, que de toutes façons, c’est « une question de fille »[ref]Ben oui, c’est elle qui tombe enceinte, hein (pun intended)[/ref] et que le garçon n’a qu’une responsabilité: se protéger des MST?

On comprendra aisément que pour moi, la question n’est pas tant une question dé méthode qu’une question de but. Que je suis persuadé qu’il est important que chacun ait conscience que naturellement, lorsqu’il y a un rapport sexuel, il y a une chance/un risque de grossesse, et agisse en fonction de ça avec responsabilité.

Le choix des armes, in fine, reste du ressort de la conscience de chacun…