Non-morts et morts-vivants

Dans la culture populaire s’entrechoquent deux concepts distincts, mais fréquemment mélangés par le novice 1: le non-mort (ou « undead » dans la langue d’Ann Rice) et le mort-vivant (ou « living dead » dans celle de Romero)

Le non-mort

Le concept de non-mort (parfois traduit Mort avec un ‘m’ majuscules comme dans les œuvres de Tolkien) est celui d’une entité dont l’esprit n’est pas séparé du corps malgré un « mort physique » (ou autre rite de passage de l’état de vivant vers celui de « plus tout à fait vivant »).

En fonction de l’état de décomposition du corps, du mode d’acquisition de l’état et autres, on peut opérer une distinction entre:

  • vampires: le corps se préserve, et on attrape ça en se faisant mordre d’une certaine façon par un vampire – oui, la tradition de la transmission du vampirisme est assez complexe, mais généralement, tous les mordus ne deviennent pas vampires, il faut qu’ils soient mordus, mais pas totalement vidés de leur sang, afin de « mourir de vampirisme » et ainsi accéder à l’état de non-mort.
  • liches: une liche (le mot est toujours féminin) est une créature intelligente qui a passé un contrat avec une force du mal pour gagner une non-vie éternelle et une quasi-indestructibilité. La force vitale de la liche est conservée dans un phylactère, et sa manifestation physique, si elle peut être conjurée temporairement, se régénère tant que le phylactère est intact. D’où l’importance pour toute liche qui se respecte de bien planquer ledit phylactère.
  • Maudits: Alors là, on se retrouve dans une situation un peu paradoxale. Généralement, le Maudit est victime d’une malédiction, et ne peut pas trouver le repos tant qu’elle n’est pas levée. Mais son corps, lui, subit généralement la décomposition, et les tas de poussière sont assez peu efficaces, aussi vire-t-il assez rapidement vers l’entité fantomatique. Dans cette catégorie, on pourra penser au Fantôme de Canterville 2, ou les Parjures et les Nazguls 3 du Seigneur des Anneaux.

Le mort-vivant

Là, c’est assez facile, il s’agit d’un cadavre qui a été ramené à la vie. Il a une conscience généralement limitée et a perdu la mémoire de ce qu’il était avant. Selon le mode de réveil, on distingue deux catégories:

  • les Créatures: copiées sur le modèle de la Créature de Frankenstein, elles sont ramenées à la vie par des moyens scientifiques impliquant des produits chimiques, de l’électricité et des ricanement sadiques pendant les nuits orageuses (et généralement la formule « It’a alive! Aliiiiive!!! » à un moment du processus)
  • les zombies: qui sont normalement ressortis de terre par un procédé magique (d’après la tradition caribéenne) pour servir de petit personnel à leurs maitres, mais qui sont désormais liés à tout un tas de trucs vachement plus prosaïques comme un virus, un pathogène ou autre cochonnerie planquée dans un labo du complexe militaro-scientifique et qui n’aurait jamais dû sortir. Jusqu’à en arriver à l’hérésie suprême: la zombification in vivo où l’on n’a même plus le temps de mourir que l’on est déjà devenu un zombie…

Et entre les deux

Entre les deux, on a quand même pas mal de choses.

D’abord l’esprit qui, séparé du corps, revient (ou n’est jamais vraiment parti – mais là, on s’approche plutôt de l’idée de Maudit) hanter les vivants, que ce soit pour le plaisir ou pour que l’on corrige les erreurs de sa vie (dans ce cas-là, ce n’est pas une malédiction reçue de son vivant, mais une punition de l’Au-Delà). Revenants, fantômes, poltergeists et autres entités qui flottent et traversent les murs sont de la partie.

Et puis il y a la momie. Dans sa version de base, la momie n’est rien de plus qu’un genre de zombie, marionnette réanimée par des pouvoirs magiques et sans réelle volonté propre, mais la version de luxe permet à l’esprit du momifié de ré-incarner son corps (après un rituel plus ou moins complexe nécessitant généralement les vases canopes, un livre sacré perdu depuis 3500 ans et une connaissance approfondie du hiéroglyphique classique). Donc dans les faits plus proche d’un Non-Mort que d’un Mort-Vivant (même si, pendant un temps, son esprit a été séparé de son corps)…

Et après le pavé, un peu de musique:

Notes:

  1. @LioDeCre, ce billet t’est spécialement dédicacé 😛
  2. pour lequel j’ai toujours un faible, et que si vous n’avez pas lu cette nouvelles, arrêtez tout de suite de lire ici et plongez-vous dedans
  3. ndlr: le nazgul, c’est l’esprit servant de l’anneau, pas l’espèce de dinosaure volant qui lui sert de monture – ce dernier est un Cauchemar Ailé