Histoire des lieux de légende

Un bouquin d’Umberto Eco, c’est généralement toujours génial (enfin de mon point de vue). Qu’il s’agisse de romans (Le Nom de la Rose, le Cimetière de Prague), de billets (je vous ordonne de lire Comment Voyager Avec Un Saumon, si vous ne l’avez pas fait) ou de conférences (Confessions d’un jeune romancier), on en ressort généralement tout étourdi de la masse d’érudition qui déborde littéralement de son oeuvre. Alors quand on découvre un livre intitulé « Histoire des lieux de légende », on est vraiment émoustillé…

Histoire des lieux de légende

Et le moins que je puisse dire, c’est que je n’ai pas été déçu. 15 chapitres, 450 pages richement illustrées et abondamment référencées qui nous emmènent du Paradis Terrestre à l’Atlantide, de l’Agartha au Royaume du Prêtre Jean, des îles de l’Odyssée à celles de l’Utopie. Avec à chaque fois, des explications de l’auteur sur ces lieux, leur histoire, leur signification, mais également des extraits des oeuvres évoquées, ainsi que de très nombreuses illustrations. Le tout dans un style très lisible (même si ce n’est pas un roman), ce qui en fait non seulement une très bonne base documentaire 1, mais aussi un moment de lecture très agréable.

On notera également que les deux derniers chapitres sont un peu à part. Le premier démonte le pseudo-mythe du trésor de Rennes-Le-Château, égratignant Gérard de Sède, et taclant très haut Dan Brown 2, tout en montrant comment peut se construire une « légende » moderne. Quant au second, c’est plus une réflexion (déjà présente dans les Confessions d’un jeune romancier) sur la réalité des oeuvres de fiction qui sont parfaitement vraie en cela même qu’elles sont parfaitement inventées. Ainsi, explique-t-il, Sherlock Holmes a-t-il nécessairement habité au 221B Baker Street, parce que c’est écrit, et que quiconque viendrait prétendre qu’il habite ailleurs se verrait opposer cette oeuvre.

Au final, on ne regrettera que deux choses de ce livre:
– ses dimensions (24×18), un peu petites au regard de l’imposante iconographie présente (qui mériterait d’ailleurs un porte-folio à elle seule)
– le fait que l’on reste terriblement sur sa faim à l’issue de sa lecture. Heureusement que la bibliographie à la fin de l’ouvrage est aussi impressionnante que le reste du livre.

Verdict: foncez, il vaut chaque centime de son prix (et franchement, vous ne le voudrez pas en livre de poche)

Umberto Eco
Histoire des lieux de légende
Flammarion, 35€ 3

Notes:

  1. petit appel du pied à tous mes petits camarades MJ qui aiment les univers semi-fantastiques, ce bouquin est une mine d’or
  2. à ma plus grande joie, ce qui n’étonnera pas les gens qui me connaissent
  3. prix neuf, français